Je les grignote

visueljlgC’est comme dans la chanson.
Les hommes en ont marre, ils veulent que cela cesse. Et comme dans la chanson, ils y retournent quand même, dans leur tranchée.
Ils retrouvent le danger et la peur.
Mais malgré tout ce qu’ils reçoivent sur le coin de la gueule, ils continuent à vivre,  à plaisanter et à rire, à chanter pour tromper la mort.
Jusqu’à ce que….

Sur scène, deux personnes. Un narrateur et un musicien.
Les histoires ne sont pas racontées à la première personne, il ne s’agit pas de s’identifier. Qui le pourrait ?
Ce sont simplement quelques jours de la vie imaginée de quelques soldats au front et à l’arrière (en permission).
Ce ne sont pas des histoires vraies donc, mais possibles.
Le possible transformé en réel, n’est-ce pas là le point de départ de toutes les histoires ?
Il y a des chansons aussi, car on chantait aussi dans les tranchées, on ne faisait pas qu’y mourir.
Patriotisme d’avant-guerre ; vie quotidienne dans les tranchées (le barda ; les armes ; la 3e ligne) ; la résignation des soldats face aux ordres des supérieurs ; le décalage entre la vie au front et la vie à l’arrière ; les femmes à l’arrière (transformation de la société par le travail des femmes ; émancipation ; avortement) ; l’impuissance d’un homme seul face à l’industrialisation de la guerre ;  fraternisation avec l’ennemi, sont autant de thèmes abordés dans ce spectacle.

Déroulé du spectaclejelesgrignote1
Le spectacle s’articule autour du quotidien de 4 soldats pendant la période 14-18 ; de leurs vies et surtout de leurs morts.
Le spectacle suit l’ordre chronologique et géographique de la guerre, partant du son du tocsin à l’armistice et un peu plus.
Par choix, le spectacle est raconté du point de vue « français ». Il ne s’agit pas pour autant de glorifier un camp ou un autre mais de simplement dénoncer l’absurdité de la guerre. Tous les soldats évoqués finissent par mourir au combat ou en permission.
Les histoires du spectacles sont inspirées par les récits et ouvrages sur la « grande guerre ».
Parmi ceux-ci:
– Légendes, prophéties et superstitions de la guerre – Albert DAUZAT
– La peur – Gabriel CHEVALIER
– Ma dernière relève au bois des Caures – Marc STÉPHANE
– J’étais médecin dans les tranchées – Louis MAUFRAIS
– Le feu – Henri BARBUSSE
– Orage d’acier – Ernst JÜNGER

Durée : une heure.
Tout public, à partir de 14 ans.
Distribution :
Vassili Ollivro : Récit et chant.
Clément Palant : Contrebasse, banjo, guitare, chant et récit.
Erwann Philippe dit « Patron » : Création Lumière et régie générale.
Philippe Marlu : Création sonore.

fiche technique du spectacle « Je les grignote » – 358 ko


Je les grignote par Cridelormeau

jelesgrignote3Régie :
Mail : erwannphil@gmail.com
Tel : 06.83.53.60.52